Articles

Affichage des articles du septembre, 2012

J'aime pas trop Céline Dion quand même...

Image
... et aller jusqu'à faire une farandole sur du Céline, comment dire ? J'adhère pas trop en fait.
Mais sinon, je suis assez pour l'idée du Peace Movement. Comment ça, vous ne connaissez pas le Peace Movement ? 
Mais si, voyons ! Le Peace Movement, c'est chez Pomme ou Ellie que ça se passe, là, juste en cliquant ou alors par ici même. Une idée qu'elles ont eue suite à une polémique que je n'ai absolument pas suivie parce-que-je-suis-toujours-à-la-ramasse-sur-la-blogosphère-alors-que-j'adore-les-potins-bordel mais qu'elles expliquent beaucoup mieux que moi.
Bref, l'idée, c'est de se réunir sous une même bannière, celle de la fraternité entre blogueuses, de l'amitié virtuelle, du bisounours-world, bref, celui du respect de la personne qui se fende d'écrire tous les jours ou presque sur son blog en y mettant son coeur et ses tripes et que si-c'est-pour-recevoir-des-commentaires-haineux,-passez-la-porte-et-allez-voir-ailleurs-si-j'y-…

J’aime lire mais pas Lire

Image
Ca y est, vous vous dites que le camping sauvage dans son appart lui a fait perdre la tête, qu’elle commence à dire tout et son contraire en plein milieu d’un titre, que son blog va partir à vau-l’eau et elle aussi. Que nenni ! (oui, je sais, j’ai envie d’être pompeuse des fois, et alors ?)
Que nenni donc ! Je m’explique : oui j’aime la lecture, me balader de la chambre à la terrasse en passant par la case WC avec mon bouquin sous le bras, je le promène même jusqu’au boulot pour pouvoir le lire dans le tram (mais pas aux WC du boulot par contre !). Bref, en un mot, j’aime lire.
En revanche, s’il y a bien un bouquin que je n’aime pas lire, c’est bien Lire. D’ailleurs, c’est plutôt un magazine qu’un livre par ailleurs.
Ca peut sembler paradoxal, certes. Mais moi, acheter un magazine avec des résumés de livres ou des extraits, bah ça m’intéresse pas. Si j’ai envie de lire des résumés de livres, je vais à la Fn*c, dans le rayon, et je retourne les livres qui m’inspirent un par un. C’est moi…

Décision d’indécise

Image
Il y a des fois où je me trouve relativement pénible. Voire très pénible. Voyez vous, c’est dans mon caractère. Je suis comme ça, c’est ma nature profonde, et je doute très franchement qu’à mon âge avancé on puisse faire quelque chose pour moi. Mais ça n’empêche. Je suis une éternelle indécise. Plus exactement, je suis longue, très longue, trop longue, à prendre une décision. Bon, pas le genre de décision entre nouilles et riz pour ce midi, là je parle des trucs importants dans une vie.
Par exemple, mon canapé. Allez-y, traiter moi de matérialiste ! J’aurais pu choisir l’exemple de mon boulot actuel, y aller, ne pas y aller. Mais la démonstration sera plus facile avec le canapé.
Bon, un canapé, c’est tout simple à la base.Quelques coussins rembourrés, un dossier et roule ma poule. Surtout que depuis que je suis ado, je savais exactement quel canapé je voulais, à savoir un canapé en tissu tout doux et rouge. Comme celui des voisins de mes parents que j’admirais tant (le canapé, hein, pas …

C'était un lundi...

Image
... c'était le 26 septembre, c'était l'an dernier.
L'an dernier que je publiais mon tout premier article.
J'ai bien failli ne pas faire d'article sur ce premier anniversaire, d'ailleurs la date n'était pas marquée d'une pierre blanche dans ma petite tête de poisson rouge.
Mais voilà. On est lundi 24, il est temps que j'aille me coucher vu la crève que je me tiens encore. J'ai aussi un travail de défrichage de sourcils pas encore commencé, et voilà que me prend la fantaisie d'aller voir à quelle date était le tout premier, celui qui m'a dépucelé de la blogosphère !
Bin voilà, il y a un an pile poil, j'étais à Bruxelles. Mes deux meilleures amies et leur famille étaient venues le temps d'un WE et déjà reparties.  Je me sentais peut-être un brin désoeuvrée, et puis ça faisait déjà un moment que l'idée germait tranquillement dans mon esprit, au fil de mes trop longues lectures bloguesques. 
Des lectures qui avaient commencé …

Serrée, cintrée et boudinée

Image
C'est le genre de titre qui s'impose à vous : "serrée-cintrée-boudinée", voilà mon titre. Y'a plus qu'à remplir l'article, le fourrer de bons mots à la guimauve, de phrases-chantilly à la douille, et d'une part de pizza légère comme du bon pain, des mots qui volent et s'envolent jusqu'au dernier point, le point final, le but ultime, le point qui clôt, qui ferme, et se referme mon estomac-article du jour.
Serrée, c'est ce que m'a dit mon pantalon hier au lever, lorsque j'ai rentré le ventre pour le fermer. Non mais faut juste qu'il se détende, me suis-je dit, éternelle optimiste du matin (en fait, j'étais juste trop fatiguée pour penser, c'est moi ou il a fait orage toute la nuit précédente ?).
Boudinée, c'est ce que j'ai ressenti tout l'après-midi, après avoir englouti une part de pizza et un millefeuille, pour me réconforter d'être toujours aussi enrhumée après un WE-cure-fervexiale-sans-rien-faire-qu…

Ces gens qui me révoltent

Je sais, je suis quelqu’un de relativement chiant discret. Je déteste attirer l’attention sur moi, et j’essaie de ne pas empiéter sur les plates-bandes des voisins (souvenez-vous). On m’a toujours dit que « ma liberté s’arrêtait là où celle des autres commençait », du coup, je suis plutôt du genre à ne pas faire de bruit, à déranger les autres ou quoi.
En contrepartie, je dois être vaguement psychorigide, car j’ai beau essayer, mais je ne parviens pas à comprendre le comportement de certaines personnes.
Cette semaine, par exemple, j’étais dans le train. En face de moi, quelques rangées plus loin j’avais une femme avec un petit de 2-3 ans environ. La femme au téléphone (déjà, mauvais a priori), braillant bien sûr. Le petit debout dans sa poussette, n’importe comment, risquant de se casser la gueule d’un moment à l’autre. La mère, pas un regard pour l’enfant. Ce dernier finit par en descendre, puis se balader à droite à gauche parmi les autres voyageurs. Dont une dame qui avait un petit c…

De la naissance d’un pseudo…

Les pseudos. Une histoire compliquée, en général. Mais qu’il vienne d’une recherche intense incluant nœuds dans cerveau ou qu’il soit tombé tout cuit sur votre clavier, il a toujours une histoire.
Il y a quelques temps déjà, j’avais lu un article sur le blog d’Aggrippine "Culture et Papotage", au sujet de son pseudo. Elle expliquait d’où il venait, un peu le pourquoi du comment.
J’ai toujours gardé dans ma tête cette idée de vous en parler, mais je l’avais depuis zappée. Puis cet été, j’ai eu l’occasion d’échanger avec Wxug sur le sujet, d’ailleurs, je vous invite à lui demander le pourquoi du comment, y’a pas de raison ! L’occasion pour moi de me souvenir de cette idée d’article et de la mettre en pratique !

A la base, je suis un peu sourde. Non, en fait, je suis un peu sourde mais surtout quand ça m’arrange de ne pas entendre. Mais mon audition est parfaite, hein ? Enfin, elle l’était quand je suis passée à la médecine étudiante lors de mon inscription à la fac il y a 10 ans…

Le terrible pouvoir du « chuut.... » ou pas !

Image
Le meilleur moment dans un train, c’est celui où tu te rends compte, que comme d’habitude, tu es dans la seule (semble-t-il) rame où voyage également toute une tripotée de gosses. Mal élevés, cela va sans dire !
Je ne voudrais pas prétendre que je suis une pro de ce genre de situation, je préciserai juste que le TGV Lyon – Bruxelles fait étape à Marne-la-Vallée-Chessy. Et quand j'écris Marne-la-Vallée-Chessy, j'entends par là DISNEY, Mickey, Blanche-Neige et tutti quanti, pour ceux qui ne connaîtraient pas ce haut lieu de la culture enfantine.
Bref. En ce moment même (oui, j’écris encore et toujours dans le train, ça me détend des glandes), j’ai à l’oreille le doux son aigu et perçant de l’enfant-roi, doublé de la bande-son du dernier Disney sorti en DVD. Ô bonheur ô joie.
Ca fait exactement 2h45 que j’entends régulièrement des « chuut… » prononcés d’un ton ferme et clair (j’y crois). Les cinq premiers ont été presque efficaces. Le chut a été suivi d’une période exaltante de …

J'ai lu "Haute Enfance" de Joyce Carol Oates : et j'en pense quoi ?

Image
Ca fait un moment que je n'ai pas parlé de livres dans mon blog. Pourtant, je vous rassure, je lis toujours ! Même pendant mes vacances avec la belle-soeur de Chéri et ses terreurs enfants, j'ai réussi à finir un livre. Pas facile les séances à Annecy-Plage pourtant : "Tata, on joue au badminton ?" "Tata, on fait le poirier ?" "Tata, on fait les équilibristes ?" "Tataaaa...." TATA ELLE ESSAIE DE LIRE, BORDEL ! Bon, en vrai, c'est pas ce que je disais, hein !? Je posais mon livre après en avoir lu 3 lignes, et je m'exécutais de bonne grâce (ou presque).
Ce qui est sûr, c'est que je suis beaucoup plus efficace dans mon bocal/appart juste avec Minette. Et pourtant... "Miiiiaaaaaa" ( = j'ai faim), "Miaouuuu ?" (= tu fais quoi ?), Miewwwwww ? (avec air du chat Potté = je m'ennuie, on joue ?). Heureusement que les chat dorment au moins 16h par jour, sinon on ne s'en sortirait pas ! ;-)
Bref. Je diva…

L'envers de l'endroit du reflet de son miroir...

Incroyable ! Je viens de comprendre pourquoi je me trouve toujours si moche sur les photos (remarque, en 29 ans, il était grand temps de s’en apercevoir) ! Jusque là, je croyais juste que je n’étais vraiment pas photogénique… mais en fait, point du tout, point du tout…
Pour m’amuser tout à l’heure, j’ai pris une photo de moi dans le miroir, et miracle, j’étais normale. Enfin, comme d’hab’, quoi !
Bah oui, quand je me vois en photo, je suis à l’envers ! Enfin, à l’endroit, mais comme d’habitude je ne me vois qu’à l’envers dans le miroir, l’envers est pour moi l’endroit. Vous voyez, quoi !
Finalement, je serais vachement mieux tout le temps à l’envers ! Je songe à exiger que les gens ne me prennent en photo que dans un miroir !!
Et dire que quand on regarde un visage connu dans un miroir, toutes les dissymétries de ses traits nous sautent à la figure… Ca veut dire que les autres, ceux qui regardent mon reflet dans un miroir le trouvent moche et bizarre, tout sans dessus dessous. Alors que m…

Pourquoi je m’abonne à Grazia

Oui, je parle bien de ce magazine qui fait un tollé en ce moment dans la blogosphère. Un magazine qui fait l’unanimité… d’animosité !
Oui, je sais, Grazia est raciste envers les grosses, envers les moches, envers les petites et envers les blondes. Voire plus. Oui, je sais, Grazia contient plus de pubs que de vrais articles ; et puis "articles", c'est déjà trop d'honneur que d'utiliser ce mot, on devrait dire « torchons » à ce stade, non ? Grazia est infâme, Grazia est informe, Grazia, c’est le mââââl.
Bah oui, mais moi, j’aime bien Grazia. C’est un magazine qui ne se prend pas la tête et qui ne me la prend pas. "C’est parce que t’es ni grosse, ni maigre, ni grande, ni petite", allez vous dire. Peut-être… ou alors que même si je rentre dans une des catégories, je ne le prends pas pour moi, mais clairement pour ce qu’il en est, à savoir un magazine de 2ème degré !
Bon, j’avoue que la chronique de Graziella n’est pas particulièrement ma préférée, je la trouve …

C’est quoi, ces fringues d’hiver en plein été [ou l’incohérence saisonnière]

On est à peine mi-septembre. Certes, la rentrée est passée. Certes, les matinées sont un peu fraiches (enfin bon, 16°C la semaine dernière à Lyon, c’est pas la mort non plus).
Je n’arrive pas à déterminer si les gens en ont (déjà !) marre de cet été qui se termine tranquillement ou s’ils sont complètement déréglés des saisons, mais en ce moment, on a un vrai festival de n’importe quoi.
Déjà au niveau vestimentaire, c’est folklorique ! J’ai déjà vu certains collègues en pull à col roulé, ou en pantalon d’hiver, chaussures noires et mi-bas noires… « Chocked » !
Dans la rue, ce n’est pas mieux, les bottes fleurissent, les looks bien sombres avec des pantalons bien épais à tout va, et même, le pompon du pompon : les Uggs !! J’avoue que j’ai pas été très polie sur ce coup-là, j’étais tellement surprise que j’ai scotchée pendant 5min la fille qui arrivait en face de moi avec ses moumoutes !! Non mais franchement, sans rire. Il fait plus de 25°C dehors et un pur cagnard au soleil. Porter des …

Le cas du « non, ça va pas »

Je sais pas vous, mais moi, s’il y a bien une chose qui m’agace, c’est quand on me répond « non » à ma question habituelle du « ça va ? »
Parce que « ça va ? », ça n’est pas vraiment une question en fait. Non, elle n’attend pas de réponse digne d’un divan de psychanalyste, et non, on n’a pas envie d’entendre les états d’âme des uns et des autres quand on vient à peine de les croiser le matin, pas trop frais de notre réveil (trop) matinal et en pleine digestion de notre pain quotidien.
En plus, perso, je suis pas franchement du matin à la base. Alors tout « ça va pas. » qui se situe entre mon lever et mon petit-déj n’appellera certainement aucune compassion de ma part. Un « ça va pas. » entre mon petit-déj et 10h du matin aura droit à un haussement de sourcil, et éventuellement, un « ah ? » si je suis bien lunée (comprendre : si je me suis levée du pied droit et qu’aucune catastrophe digne d’un cataclysme ménager n’a eu lieu, comme une attaque de thé sur T-Shirt neuf, ou un renversage…

J’veux pas y aller, chuis fatigué…

… elles ne m’en voudront pas, mes dents toutes cariées !
Franchement, la relation des hommes avec leur dentiste est quelque chose qui m’épatera toujours.
J’avoue que je ne suis pas toujours fringante lorsque je me pointe à mon rendez-vous hebdomadaire et que je passe la demi-heure suivante les dents en l’air, à commenter d’un « aaahhh » ou d’un « aahhaaann » les digressions de mon dentiste sur les performances de l’équipe de France, les derniers exploits des politiques français, ou le temps exceptionnellement automnal en début d'été mais franchement caniculaire en août. Maisquand même, j’y vais. Je prends mon courage à deux mains, une porte, l’ascenseur et une autre porte (mon dentiste crèche un étage au dessus de mon bureau), et j’y vais.
Non mais parce que vivre avec un cratère au milieu de ma bouche, ou une carie sous dent, c’est pas vraiment mon tripe. Et qu’en plus, je vis avec l’adage maternelle que « la peur n’évite pas le danger » et 2 sous de bon sens qui disent que « s…

Comment faire le ménage a illuminé ma journée

Image
Je vous disais ici qu’après mon footing, par un beau dimanche de juillet, je m’étais subitement mise à faire du ménage dans mon studio. Ménage qui a inclus une bonne dose de rangement et de tri des papiers que je laissais en vrac depuis à peu près 4 mois sur une étagère, et qui menaçaient sérieusement de s’écrouler en un long glissement gracieux vers le bureau au-dessous et jusqu’au sol.
J’ai donc trié de vieux journaux, des tickets de course divers et variés, quelques bulletins de salaires, et des prospectus à la pelle.
Justement, je m’apprêtais à jeter à la poubelle un petit livret bordeaux et blanc sans prétention (encore une pub de ma ville d’adoption) quand je me suis retenue et l’ai feuilleté.
Quelle erreur aurait-ce été de me débarrasser de ce magazine, quelle erreur ! Car ne n’était pas moins que l’ensemble des activités culturelles proposées par la ville de Bron pour l’année scolaire 2012-2013 !
Amen ! Un équivalent de l’offre des centres culturels municipaux (certes, 10 foi…

LOOK - J'aime le noir & blanc, et alors ?

Image
Je vous vous venir, avec vos gros souliers. Oui, je sais, la dernière fois, mon look était déjà noir et blanc. Et alors ? Prems, cela sied fort à mon teint de blonde, et deuz, c'est ma jupe préférée et mon chemisier préféré. 
Bon, ok, je fais peut-être une très légère fixette sur ces 2 couleurs... 

- chemisier Opull'Ence Paris ouh là là que c'est vieux
- jupe Sépia ouh là là que c'est vieux aussi
- sandales là c'est tout neuf, mais je ne sais toujours pas la marque
- pendentif offert par une amie qui connait bien mes goûts, en porcelaine de Limoges
- Vernis L'Oréal

Promis, la prochaine fois, je mets de la couleur là-dedans !

Genre 5 mois après...

... je réponds au tag de La Ronde ! Ce qui me donne l'occasion de vous dire 2-3 mots sur son blog que j'aime beaucoup, tout simplement car elle parle avec son coeur.  En ce moment, ce qui occupe en priorité son blog, c'est ses lectures du mercredi, et surtout son petit pois qui grandit, grandit, pour devenir bientôt une Princesse (au petit pois ?) ou un Prince de conte de fée !
Bref, place au tag. Je passe sur les 11 choses blabla, vous en bavez déjà suffisamment avec tous mes articles sur me, myself & I et compagnie !
Place aux questions :
1) Si tu étais un cheval blanc, tu préfèrerais être monté le matin ou le soir ? Mmmmhhh, drôle de question. On parle vraiment de cheval, là ? Je dirais que ça dépend de l'âge du capitaine et de la couleur de la barbe d'Henri IV !
2) Chocolat au caramel ou caramel au chocolat ? Etrangement, pour une gourmande comme moi, je suis pas trop fan des trucs parfum chocolat. Mais du chocolat, par contre, oui ! Avec un énorme OUI pour …

Celle qui va à Grenoble

Image
Et oui, il y a à peine quelques mois, Grenoble était aussi loin que les Amériques (souvenez-vous). Aujourd’hui, j’y suis en un peu moins d’une heure de train. On arrête pas le progrès !
Et à 1h de train de sa BFF (nouveau terme consacré pour dire meilleure amie, on arrête pas non plus le progrès !), ça n’a pas de prix ! Donc c’était l’occasion de la voir plus souvent que 2 fois l’an.
Drinnnnng ! 7h00. Trop tôt pour un réveil de WE, mais c’est pour la bonne cause. Mon train est à 8h14 (retenez l'heure, c'est important, vous allez voir !). Comme d’hab’, j’ai prévu un timing très serré : ¾ d’heure pour le trajet de mon studio jusqu’à la gare, ça dervait suffire amplement. En plus, on est un samedi, donc moins de monde, donc tram plus rapide. On y croit !
Je saute de mon lit, douche, petit déj’. 7h21. Bah, un coup de brosse à dent, et j’ai même le temps de me maquiller ! Valse des pinceaux, mon nouveau bleu Kiko n’est pas le fard le plus facile à travailler qu’il soit.  Juste pos…

Celle-là, elle me file des pustules...

Image
... de l'urticaire, des boutons dans le dos, des poils sous le menton et du gras dans l'arrière-popotin.

C'est d'une chanson, en fait, dont je parle. Celle-ci :


Ok, je vous entends faire des oooohhhh, des aaaahhhh, des "Quoi ? T'aimes pas cette chanson ?". Bah oui, j'aime pas cette chanson. Ca arrive, hein.
Je l'ai trop entendue, à des moments où ça n'était pas le moment. Elle me rappelle des mauvais souvenirs, à une époque où effectivement, je me sentais plutôt seule au monde.
Du coup, dès que j'entends les premières secondes, je zappe, j'éteins la radio, c'est au-dessus de mes forces de l'écouter en entier.
Et vous, vous avez une chanson comme ça, que vous avez en horreur ?

PS : j'ai failli oublier de dire que c'était un tag en provenance de Coppenhague, largué par Miss Caramel Mou !

Du bocal... à l'océan !

Image
Il y a quelques jours, je vous parlais de mes recherches de nouvel appart'. Pour mémoire, la fin de mon bail dans mon bocal prenait fin au 31 août. Entre le moment tardif où Chéri a eu confirmation de sa mutation, les vacances et le boulot, j'aime autant vous dire que ça a été un brin tendu pour rechercher la perle rare.
J'avais pensé devoir écumer les sites de locations immobilières, courir à droite à gauche dans Lyon visiter des trucs pourris en fin de compte, et faire des compte-rendus hauts en couleur ici-même.
Point du tout. Niet. Rien. Que dalle.
Je suis foutrement déçue, je vous le dis tout de suite.
Il a suffi d'un coup de téléphone à 21h30, d'une collecte des papiers nécessaires pour un éventuel dossier entre 21h45 et 23h, d'une visite le lendemain à 9h, d'un coup de skype avec Chéri incluant un envoi de photos, et finalement, d'une remise de dossier à l'agence à 11h.
Et voilà. That's all !
Et nous voilà locataires de ça : (ça incluant…